Pourquoi gérer les séquences de jeux entre chiens

Il est fréquent de voir des chiens jouer entre eux, au milieu de leurs gardiens humains, sans que ceux-ci ne prêtent réellement attention à ce qui se déroule sous leurs yeux. Pourtant les chiens, avec leurs codes précis, leur langage canin, et un apprentissage du jeu propre à leur espèce, peuvent ne pas être seulement en train de jouer. Comment identifier les moments où le jeu mériterait d’être stoppé ou apaisé ? Que vous soyez en vacances avec votre chien, ou en balade proche de chez vous, les nouvelles rencontres canines devraient toujours être observées attentivement, afin de pouvoir gérer les séquences de jeux

2 chiens se courent après
Gestion des séquences de jeux chez le chien

Le jeu et les phases de prédation

En fonction de l’âge du chien et de son vécu, l’apprentissage du jeu pourra avoir été très différent. Les phases de prédation peuvent être plus ou moins développées et expérimentées par le canidé. 

L'apprentissage du jeu chez le chiot

Dès son plus jeune âge, le chiot apprend à jouer. Mais ce n’est pas seulement du jeu comme nous pouvons l’entendre en tant qu’humains. C’est aussi de l’expérimentation, l’apprentissage du réflexe de préhension, et des prémices de bagarres. En gros, une sorte « d’entraînement« , qui permet aux chiens de développer leurs auto-contrôles

L’un des auto-contrôles, le réflexe de préhension, est l’action de saisir, tenir, et de savoir quand lâcher la prise.  Les chiens tiennent avec leurs gueules et apprennent, en jouant avec leurs frères et sœurs, à gérer la puissance de leur morsure. En effet, si en jouant ils se font mal entre chiots, celui recevant la morsure va lâcher un petit cri, ce qui va avoir pour conséquence que l’autre chiot stoppe sa morsure. C’est ainsi que progressivement, ils apprennent à doser et jouer sans se faire mal, en développant leurs auto-contrôles

Bien sûr, ils apprennent ainsi ce qui peut être « utile » en cas de bagarres. Une grosse partie de l’apprentissage du chien est enseigné par la mère durant les deux premiers mois de leur vie. Elle leur apprend les bons comportements : quand stopper le jeu, quand ils vont trop loin, quand ils font trop fort. Et les courses poursuites avec leurs frères et sœurs, tellement choux et drôles à regarder pour nous humains, sont en réalité pleines de codes canins et font partie des phases de prédation. Les chiens expérimentant ces phases dès leur plus jeune âge, il faudra alors, à leur arrivée dans notre foyer, apprendre à les canaliser comme leur mère le faisait avant l’adoption. 

Deux chiens jouent
Gestion des séquences de jeux chez le chien : une observation des codes canins qui a son importance.

Le jeu chez le jeune chien et le chien adolescent

Quand le chien arrivent dans notre foyer, il a donc expérimenté le jeu, les prémices de bagarres, et certaines des phases de la prédation. Le réflexe de prédation est le fait de chasser pour se nourrir. Mais, comme nous l’avons vu dans l’article « Être le dominant de son chien, idée reçue n°8 », les chiens dans la société actuelle, n’ont pas besoin de chasser pour se nourrir. Ce qui ne les empêche pas de connaître plusieurs des phases de prédation, sans pour autant aller au bout de toute cette chaîne. 

Les phases de prédation : 

  1. Regard et orientation du corps : le chien commence par voir sa proie, il la fixe, puis il oriente son corps dans la direction de cette proie, et tend ses muscles. Tout cela se déroule en quelques fractions de secondes, juste avant la deuxième phase. 
  2. Course poursuite : le chien se lance en course poursuite. 
  3. Morsure de préhension : une fois la proie atteinte, le chien l’attrape (quand il y arrive) et la stoppe, grâce à la morsure de préhension. 
  4. Secouement : le chien secoue sa proie. 
  5. Morsure fatale : certains chiens vont alors au-delà des premières phases de prédation jusqu’à la morsure fatale pour tuer leur proie. 
  6. Dissection : le chien dissèque sa proie
  7. Ingestion : le chien mange sa proie. 

Bien sûr, toutes ces phases de prédation ne sont pas expérimentées par le chien. Les deux dernières phases sont encore plus rares, mais certains chiens (et certaines races en particulier) peuvent aller jusque là. Tout peut aussi dépendre de la race, de l’environnement et de l’éducation. L’idéal étant que le chiot ne connaisse que la première voir la seconde phase de prédation : regard et orientation du corps. Les proies en question peuvent être un petit animal (lapin, rongeur…) ou un animal plus gros (chevreuil, ragondin…) ou tout autre objet en mouvement : vélo, moto, voiture, joggeur… En fonction de l’instinct du chien, la prédation peut être plus ou moins développée. Certaines races sont d’ailleurs sélectionnée pour certaines activités, parce qu’elles présentent une prédation assez développée qui peut être utile dans le travail (chien de berger, chien de troupeau par exemple)

Portrait de deux chiens qui jouent au sol
Connaître les codes canins dans les phases de jeux entre chiens.

Le taux d'excitabilité dans le jeu

Dès qu’il entre en course poursuite (3ème phase de la chaîne de prédation), le chien augmente son taux d’excitation, ses hormones entre en jeu, et il est bien plus difficile de le stopper dans sa course. Cela peut donc ensuite lui permettre d’expérimenter certaines des autres phases de la chaîne de prédation. Une fois focalisé sur sa proie, le chien sera bien moins réceptif au rappel, ou à quelconque sons sortant de notre bouche d’humain.. Il « fermera ses oreilles » et ne nous écoutera plus. Il est donc important (et parfois vital) de bien connaître notre chien et d’arriver à le rappeler à nous dès le moment où on observe la première ou la deuxième phase de la chaîne de prédation. 

Cette prédation peut bien évidemment se produire au cours d’une séquence de jeux avec l’un de ses congénères : les chiens jouent, se courent après, s’excitent, et la tension monte sans même que nous l’ayons remarqué. Dans la course poursuite, l’un d’eux devient la proie, et l’autre le prédateur. La moindre petite morsure de préhension peut alors dériver très rapidement en bagarre, surtout si l’un deux a mal acquis son réflexe de préhension. Et parce que nous n’aurons pas « calmé le jeu », nous aurons devant nous non plus des chiens qui jouent, mais des chiens qui se battent

Voilà pourquoi, même avec le plus sociable des chiens, il est utile de toujours avoir un œil sur nos toutous en train de jouer et de savoir gérer les séquences de jeux. Nous pouvons demander des pauses à nos chiens au cours du jeu, des « temps calmes« , puis reprendre la balade au moment opportun. 

Comment se comporte votre chien dans le jeu, est-il plutôt en retrait, plutôt en demande ? Sait-il s’apaiser au moment voulu ? Dites-le nous en commentaires ! 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.