D'où viennent les réflexes de défense

Gérés par le cortex reptilien, que tous les mammifères possèdent, les comportements de réflexes de défense vont être exprimés par un animal en état de peur, quand il pense que sa survie est en jeu. Ce sont des réflexes naturels innés qui, dans le même type de situation, seront utilisés par le chien. Il choisira celui qui aura fonctionné pour lui la dernière fois, dans une même situation de peur. Quels sont les réflexes de défense du chien et comment s’expriment-ils ? 

peur chien
Les réflexes de défense du chien

Quels sont les réflexes de défense du chien

Dans une situation inconnue, un contexte qui déclenche une peur chez le chien, il déclenchera l’un ou l’autre des réflexes de défense suivants :

  • Faire semblant : de faire autre chose, comme faire le mort pour certains animaux. Chez le chien, ce comportement est le plus difficile à détecter : il peut se gratter, se lécher, faire semblant de voir une mouche, renifler par terre, etc… Il exprimera ce comportement quand il ne peut ni figer ni fuir, ou que cela n’a servit à rien, et qu’il ne se sent pas la force physique de faire face. 
  • Figer : le chien s’immobilisera, en se recroquevillant, et utilisera probablement quelques signaux d’apaisement pour tenter de se faire comprendre. Soit vis-à-vis de l’animal ou la chose qui lui fait peur, soit par son gardien pour qu’il le libère de cette situation inconfortable. Le chien utilisera ce comportement s’il se sent suffisamment libre de ses mouvements, en particulier lorsqu’il est sans laisse. 
  • Fuir : le chien tentera de partir le plus loin possible, le plus rapidement possible. Il exprimera ce comportement quand le fait de figer n’aura pas fonctionné. 
  • Faire face : gronder, mordre, attaquer. Un chien qui ne peut ni figer, ni fuir, soit parce qu’il est retenu par une laisse, soit parce qu’il est acculé dans un coin, va alors faire face, et risquer d’attaquer, et de mordre. Ce réflexe sera utilisé en dernier recours, lorsque les 3 premiers n’ont pas fonctionné. Mais, si celui-ci fonctionne, le chien qui se retrouvera dans une situation similaire la fois suivante utilisera directement ce 4ème réflexe, sans passer par les 3 autres, puisqu’il est celui qui aura fonctionné pour lui la dernière fois. 
Ses réflexes innés seront aussi appelés ici les « 4 F »
peur chien
Les réflexes de défense du chien

Le fonctionnement de la mémoire lorsque le chien entre dans ses réflexes de défense

Il est important de comprendre que lorsque l’animal entre dans ses
réflexes de défense, il ne peut plus : manger, apprendre, mémoriserInutile donc de tenter de le faire obéir ou répondre aux commandes, même si habituellement c’est un parfait chien très réactif aux ordres. 

La seule chose qui fonctionne lorsque le chien entre dans ses réflexes de défense, c’est une partie de la mémoire, où le chien va prendre des dizaines de photos mentales. 

La mémoire fonctionne comme une locomotive et ses wagons : la locomotive représente les émotions. Les wagons représentent les comportements qui s’activent à la suite de ces émotions. Nous l’avons vu, il n’y a pas d’apprentissage sans émotions. 

Les émotions entraînent donc le ou les comportements. Si l’émotion de base (la locomotive) est la peurles comportements (les wagons) entraînés par cette peur vont être mémorisés pour être utilisés la fois suivante si cette même situation de peur se renouvelle. En état de peur, les dizaines de photos prisent mentalement par le chien (lieux, odeurs, personnes et/ou animaux l’entourant) lui feront également associer tout son environnement à cette peur. 

Schématiquement cela donne : 

Situation de peur + environnement
= émotions (locomotive) + comportements de réflexes de défense 
(wagons) 

Dans une même situation, le chien utilisera le réflexe de défense qui aura fonctionné la première fois. 

Donc, si le chien : 

  • Fait semblant, mais que la situation de peur ne s’arrête pas, 
  • Fige, mais que la situation de peur de s’arrête pas, 
  • Fuit, mais que la situation de peur ne s’arrête pas, 
  • Fait face, et que la situation de peur s’arrête, 

Alors il gardera « faire face » comme premier réflexe de défense dans une situation similaire. 

Il est donc très important de savoir gérer son environnement et surtout de bien imprégner un chien et de le sociabiliser, pour ne jamais qu’il ait l’occasion d’entrer dans ses réflexes de défenses. Souvenez-vous : nous souhaitons que notre chiot, en période d’imprégnation, n’ait que des expériences positives. 

Ceci est d’autant plus vrai lorsque le chien est jeune et qu’il n’a pas beaucoup de « matelas d’expérience ». 

peur chien
Les réflexes de défense du chien

Le matelas d'expérience

Le « matelas d’expérience » est le fait que le chien construit son apprentissage avec de nouvelles expériences, et donc avec l’âge, en grandissant et en étant soumis à de nouvelles choses, grâce à l’imprégnation et à la sociabilisation que pourra lui fournir son gardien.

Comme nous l’avons vu, la période d’imprégnation est comprise entre 3 semaines et 16 semaines de vie chez le chiot. Aussi, le rôle de l’éleveur y est primordial, et la relève que doit prendre le futur gardien l’est aussi. Ensuite, au-delà des 4 mois d’âge du chiot, il est nécessaire de continuer à lui montrer de nouvelles choses, lieux, gens, sons, odeurs, situation, congénères, animaux, etc… de façon à ce qu’il continue de construire son matelas d’expérience.

Plus le chien grandit, plus il est amené à rencontrer de nouvelles choses, appréhender de nouvelles situations et les assimiler. Il est important, quand il est encore chiot, de le préparer à tout ce qu’il pourrait rencontrer dans sa vie d’adulte, afin que tout se passe bien et que chacune de ses expériences se révèlent positives, de façon à ce que son expérience grandisse de la façon la plus saine et la moins stressante possible.

Evidemment, tôt ou tard le chien sera confronté à des situations plus ou moins stressantes ou désagréables. A nous de dédramatiser chacune de ses situations afin de lui faire voir le bon côté de la chose, ou en tout cas qu’il ne conserve pas en mémoire, dans sa locomotive et ses wagons, une ou des images négatives de cette situation.

Mais comment réagir en cas de peur du chien ? Il se peut que nous ne soyons pas aptes à gérer toutes les situations, ou à nous gérer nous-même lors d’une situation stressante, à risque ou désagréable, notamment lorsque notre chien se blesse. Il peut alors arriver que nous soyons complètement affolés et perdions la maîtrise de nos gestes, notre voix, de ce que va exprimer notre corps. Et comme nous l’avons vu, nos chiens sont d’incroyables lecteurs de nos micro-mouvements et de nos hormones, et grâce à cela ils savent toujours parfaitement dans quel état d’esprit et de forme physique nous nous trouvons… 

Il se peut également que nous adoptions un chiot, ou un chien adulte qui présente des peurs irraisonnées ou incompréhensibles pour nous, pour lesquelles nous ne savons plus comment agir.

A ce moment là, il est nécessaire de ré-associer cette peur avec quelque chose de beaucoup moins dramatique qu’il n’y paraît, et ceci en particulier grâce à la zone de relâchement de la peur, et à la technique du B.A.T : Behaviour Adjustement Training, en français : Entraînement et Ajustement du Comportement.

peur chien
Les réflexes de défense du chien

La zone de relâchement de la peur

La zone de relâchement de la peur est la distance à laquelle le chien va de nouveau se sentir en sécurité. Par exemple, si un chien a peur des hommes, ou des autres chiens, il va se sentir en sécurité seulement au delà d’une certaine distance, ce sera son périmètre de sécurité

Sur le schéma ci-dessus, le cercle orange représente notre chien. Le premier cercle bleu délimite sa zone de confort. Le cercle rouge sa limite de contacts sociaux. La zone entre ces deux cercle représente la zone d’évitement, la distance critique où il ne se sentira plus en sécurité. 

En cas de franchissement de cette zone critique par un être inconnu, menaçant, ou à l’approche d’une situation inconnue, le chien pourra exprimer l’un ou plusieurs des réflexes de défense vus plus haut. Considérés comme des comportements d’adaptation, leur intensité peut varier en fonction de : 

  • La grandeur de la peur ressentie par le chien, 
  • Son degré de sociabilisation, 
  • La qualité de son imprégnation. 

Prenons l’exemple d’un chien qui a peur des autres chiens : 

Si l’un de ses congénères s’approche et entre dans sa zone d’évitement, notre chien pourra : faire semblant, figer, tenter de fuir, ou faire face. Durant ce processus, sa respiration s’accélère, ses muscles se tendent, il se crispe, il tend sa laisse, ses poils peuvent se hérisser sur son dos, il est sur ses gardes et ne répond plus à son gardien. S’il souhaite fuir, il tirera sur sa laisse en sens inverse. S’il ne peut fuir, il peut commencer à grogner.

Mais, si son congénère se tient à distance, au-delà du cercle rouge sur le schéma ci-dessus, notre chien gardera sa laisse détendue, et n’exprimera ni réflexe de défense, ni tension physique ou émotionnelle. 

Pour savoir comment travailler les peurs de son chien grâce à la technique du B.A.T cliquez ici.

peur chien
Les réflexes de défense du chien

Votre chien présente t-il certaines peurs ? Racontez-nous en commentaires. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.