Enseigner les ordres "lâche" et "laisse" à son chien

Après la commande « stop » à distance, voici un nouvel ordre de sécurité à enseigner à son chien. Le « laisse » ou « lâche » permet d’éviter à notre compagnon d’avaler voir même de toucher certaines matières ou des objets pouvant représenter un danger pour lui. Que nous soyons en randonnée, en voyage loin de chez nous ou juste à côté du domicile, il est bon que notre chien connaisse cet exercice. Lorsqu’en plus toutou est du genre « ramasse miettes » ou à tendance coprophage, nous ne sommes pas à l’abri de certaines surprises, parfois désagréable. Comment enseigner la commande « laisse » ou « lâche » à son chien. 

Jeune chiot qui ronge un os
Apprendre la commande "laisse" à nos chiens

Pourquoi apprendre à son chien à lâcher

Comme vous pouvez le constater, un chien a toujours la truffe au sol en extérieur. Entre les odeurs des copains, celles des animaux sauvages, des gens et certains restes de repas, il y a de quoi explorer dans la nature ou même en ville. 

Parfois, un objet attire plus leur intérêt. Ce peut être des déjections (comme nous l’avons vu dans l’article concernant la coprophagie), ou bien des mouchoirs usagés, des bouts de sandwichs, parfois même des os laissés à la suite d’un pic-nic ou des restes de proies. Ceci peut être extrêmement dangereux car le risque d’occlusion ou de perforation intestinale est grand. 

Un chiot notamment à tendance à explorer son environnement avec sa gueule, qui est son seul moyen de préhension. En effet un chien peut tenir quelque chose uniquement avec sa gueule et ses dents. Il est donc bien normal de voir notre chiot ramasser certaines choses étranges. 

L'utilité de la commande "laisse" ou "lâche" :

  • Pour éviter les risques d’occlusion ou de perforation : certains objets peuvent être tranchant, comme les os par exemple, ou tout objet plastique que le chien pourrait avaler. Un chien atteint du syndrome de Pica ramasse tout. Lui apprendre le « laisse » et le « lâche » permet d’éviter ce genre d’accident. 
  • Pour éviter que le chien tombe malade : comme nous l’avons vu dans l’article « un chiot sans tous ses vaccins ne doit pas sortir : idée reçue » certaines maladies sont transmises par les déjections. Celles-ci étant mortelles pour les chiots, mieux vaut être précautionneux et éviter qu’ils n’avalent ce genre de choses. Les selles, vomissements de congénères canins, ou restes de nourriture pouvant être porteurs également de larves de mouches, champignons et autres bactéries, mieux vaut prévenir que guérir… Petit bonus : cela évitera également au chien d’avoir une haleine hum… plus que douteuse. 😉 
  • Pour éviter un accident avec un enfant : par exemple, quand un chien a prit l’habitude qu’on lui enlève un os, pour lui redonner ensuite, il n’aura qu’une réaction d’attente si un enfant s’approche et prend l’os en main pour jouer avec. Évidemment, il n’est pas conseillé de laisser un enfant seul avec un chien, mais parfois il échappe aux parents les plus vigilants et va voir ce que fait cette drôle de boule de poils. Cela peut être valable aussi dans la gamelle de croquettes du chien, comme nous le verront ensuite. 
Bouledogue anglais avec un jouet dans la gueule
Apprendre à son chien à lâcher

Équipement nécessaire pour apprendre le "lâche" et le "laisse" à son chien :

A l’âge de 2 mois, mon chiot avait trouvé un truc super intéressant sur un lieu de balade quotidien : un crapaud écrasé et séché. Miam. Quelque part, ce fut une chance car il a pu apprendre de suite cette nouvelle commande, « lâche », de manière tout à fait naturelle et en contexte réel

Précision importante : heureusement que ce crapaud était sec, car vivant il est toxique pour le cœur et le système nerveux du chien. Si le chien l’avale, ou le prend simplement en gueule quand il est vivant, il est préférable de se rendre directement aux urgences vétérinaires. 

Les jours suivants, mon chiot a retrouvé ce même crapaud dans le chemin et nous avons pu travailler cet ordre. C’était totalement involontaire puisque j’avais jeté ce crapaud assez loin, mais il faut croire qu’un autre animal avait dû s’amuser avec… 

Au final, au bout du troisième jour, mon chiot n’y touchait plus grâce à un simple « laisse ». Il a gardé ces commandes bien en tête, et s’exécute parfaitement lorsqu’il doit lâcher quelque chose (jouet, os, nourriture, pelures de patates tombées malencontreusement au sol pendant l’épluchage, etc…). Mais également lorsqu’il doit laisser quelque chose et ne plus s’en préoccuper. Comment parvenir à ces résultats facilement ? Grâce à un troc. 

Les accessoires utiles pour ce nouvel apprentissage :

  • Un jouet pour commencer, et ensuite un os à ronger au fil de l’apprentissage, 
  • Une gamelle de croquettes avec seulement 50% de la ration, 
  • Une coin tranquille pour démarrer, 
  • La règle des 3D comme nous l’avons vu ici
  • De quoi faire un troc. C’est à dire n’importe quel « bonbon » du chien. 
Un bonbon ? C’est-à-dire une friandises ? Oui et non. 
Deux chiens se partagent un jouet
L'apprentissage du "lâche" et du "laisse" chez le chien

Les "bonbons" du chien qu'est ce que c'est

En éducation canine, quand on parle de « bonbons » du chien il ne s’agit pas forcément de friandises. Même si elles peuvent être utiles au début d’un apprentissage (comme dans le cadre du « lâche » par exemple, car le troc devra être beaucoup plus cool que l’objet que le chien a en gueule) elles seront très rapidement remplacées par des récompenses non gustatives. 

Donc les bonbons du chien sont tout ce qui plaît au chien. Ils sont donc extrêmement variés et changent d’un individu canin à l’autre. Ils peuvent changer également en fonction du contexte. Par exemple : un écureuil passe et le chien veut lui courir après alors qu’une voiture arrive. Le gardien demande un « stop » à distance le temps que la voiture s’éloigne. Le bonbon du chien sera donc un « vas-y » qui autorisera le chien à s’élancer en direction de l’écureuil, déjà en haut de son arbre. 

Petite liste non exhaustive des bonbons du chien :  

  • Des friandises très appétissantes : elles doivent être plus attractives que l’objet que l’on veut troquer. Cela peut donc être des bouts de saucisse ou de fromage coupés très très petits. Des croquettes peuvent suffire mais pas toujours, en fonction du chien. Au début d’un apprentissage il est donc conseillé d’avoir des victuailles qui sentent très bon pour le chien (et moins pour nous en général). Attention, les friandises gustatives servent au début d’un apprentissage. Elles sont très rapidement (mais progressivement) éliminées pour être remplacées par d’autres « bonbons ». 
  • Des félicitations : les félicitations verbales constituent le bonbon du chien le plus facile : nous l’avons toujours sur nous. Néanmoins elles doivent intervenir au moment opportun et sur un ton très enjoué. 
  • Les caresses : à condition d’être à proximité du chien. Quand on travaille un exercice à distance, elles sont à éviter puisqu’elles nous rapprochent du chien alors que le but est de garder de l’espace entre le duo bipède/quadrupède. Les caresses sont également à doser en fonction de l’exercice. Quand le chien doit rester statique, une petite caresse suffit. Quand il a réussi un ordre mobile de façon magistrale, une grosse fête avec félicitations verbales plus caresses est prescrite. 😉 
  • Un jouet : avoir le jouet favori de toutou durant les apprentissages est à ses yeux une super récompense, très stimulante et pleine d’émotions positives. 
Mais les bonbons du chien cela peut aussi être aussi : 
  • Une balade
  • Voir des copains
  • Courir après l’écureuil
  • Aller nager
  • Faire du sport avec son gardien
  • Un autre exercice d’éducation : eh oui, car appris en renforcement positif, un exercice devient super cool pour le chien. Par exemple, lorsque le chien apprend le « couché », un « assis » pourra être son bonbon. Le « assis » ayant été appris et récompensé grâce au R+P-, il sera devenu quelque chose de positif et d’agréable pour lui. Vous l’avez d’ailleurs sûrement constaté : les chiens adorent apprendre. Ils aiment nous faire plaisir, et aiment recevoir des félicitations. Leurs émotions sont indissociables d’un bon apprentissage en éducation canine. 
  • Et bien d’autres, en fonction du chien qui apprend. Seule limite : votre imagination et celle du chien. 

En bref : tout ce qui plaît au chien et lui déclenche du plaisir est considéré comme un « bonbon ». Alors à vous de jouer : faites la liste des bonbons de votre chien. 😉 

Chien avec un petit ballon dans la gueule
Les bonbons du chien utiles pour l'apprentissage du "lâche" et du "laisse"

Comment enseigner le "lâche" et le "laisse" à son chien

Ces deux commandes sont indissociables. Elles s’enseignent pratiquement de la même façon, et peuvent s’utiliser dans des contextes identiques

Le « lâche » permet au chien d’apprendre à laisser tomber un objet de sa gueule

Le « laisse » permet au chien d’apprendre à ne pas s’approcher d’un objet douteux ou de s’en désintéresser lorsqu’il est encore en train de le renifler. 

Entraîner son chien au nouveau mot "lâche" :

Pour commencer, il faudra habituer votre chien à l’ordre verbal « lâche». Comment faire pour lui apprendre ce nouvel ordre ? En l’associant avec quelque chose de positif. 

Quand nous voulons faire lâcher quelque chose à notre chien, il faut se mettre à sa place. Qu’est-ce qui pourrait lui faire encore plus plaisir ? Dans l’expérience avec le crapaud et mon chiot, je n’avais ce jour là rien sur moi, ni friandises ni jouet. Erreur. Mais ! Nous avons toujours sur nous les félicitations. Et les caresses ! Je les ai alors légèrement surdosées, et les jours suivants je les ai toujours prises avec moi ainsi que des petites friandises. Mon chiot avait 2 mois, il était donc adéquat de le récompenser par quelques pépites gustatives afin de déclencher une réaction physiologique et psychologique positive. Les friandises c’est bon, ça fait du bien à la tête et au ventre. Enfin surtout à l’odorat, le goût n’étant pas le sens le plus développé du chien. 😉 

Comment procéder sans crapaud sous la main ? Entre nous, il est préférable de s’en passer. 😉 

  • Démarrez tranquillement cet exercice chez vous, au calme. 
  • Prenez son jouet préféré
  • Attendez qu’il joue avec, et approchez vous de lui pour tenir le jouet dans votre main tandis qu’il l’a en gueule
Ensuite, deux solutions : soit le chien va lâcher directement le jouet, soit il va tirer dessus. 
 
S’il le lâche directement : 
  • Introduisez le nouveau mot en lui disant « lâche », « c’est bien ! » et en caressant et continuant à féliciter. En réalité c’est plutôt un « lâche », « ouiiiiii c’est biiiiiien mon chiiiiien !! » avec plein de caresses. Enfin vous voyez le genre. 😉 
  • Ensuite, envoyez lui le jouet pour qu’il court le récupérer ou redonnez-lui dans la gueule en disant « tiens ». Aller hop, une commande de plus apprise au passage. 😉 
S’il retient le jouet dans sa gueule : 

Si votre chien retient le jouet sa gueule tandis que vous le tenez également, il va probablement essayer de tirer en arrière, pour jouer ou pour le reprendre. Comme nous l’avons vu dans les besoins fondamentaux des chiens, ils ont besoin d’utiliser leur mâchoire puissante au quotidien. Le fait de ronger, tirer, leur apporte du plaisir. Dans ce cas, nous ne souhaitons pas que notre chien apprenne à tirer (il est même déconseillé de leur apprendre ça), mais bien qu’il nous donne le jouet

  • Il faudra donc être attentif à ne surtout pas tirer le jouet et avancer en direction du chien, qui reculera en tirant le jouet. Il est important de bien accompagner son mouvement pour qu’il ne ressente aucune tension. 
  • Répétez plusieurs fois le mot « lâche » calmement durant cette période. 
  • A un moment donné, il ne pourra plus reculer puisque vous travaillez cet exercice en intérieur, chez vous. 
  • A ce stade, continuez à répétez l’ordre « lâche », et montrez-lui le « bonbon du troc » que vous aurez dans votre autre main. Cela peut être une friandise qui sent très bon. Au fil de l’apprentissage, vous pourrez remplacer cette friandise par un autre jouet, des caresses, des félicitations, etc…
  • En voyant ce « bonbon » le chien va lâcher son jouet, les yeux brillants. 
  • Félicitez-le immédiatement à fond, patientez 3 à  4 secondes, puis donnez lui le « bonbon du troc ». 
  • Puis, redonnez-lui son jouet en le lançant, ou comme vu plus haut, autorisez-le à le reprendre grâce à un « tiens » ou « prends » selon votre préférence. 

Répétez cet exercice très régulièrement, sur des séances courtes, sur plusieurs jours. Variez les « bonbons du troc ». Assurez vous qu’il a bien compris le « lâche » avant de passer au « laisse ». 

Deux chiens jouent avec un très gros os en tissu
Apprentissage du "lâche" et du "laisse" chez le chien

Entraîner son chien au nouveau mot "laisse" :

Lorsque votre chien a bien compris le « lâche », vous pourrez introduire le « laisse ». Toujours chez vous, appelez votre chien et rassemblez ses jouets favoris. Par la suite vous pourrez même tenter l’expérience avec un « os » à ronger type bois de cerf. Les chiens en raffolent. Le bois de cerf (lien ici pour en trouver) ne s’effrite pas et permet au chien de ronger tout en nettoyant le tartre de ses dents. 

La gamelle de croquettes est aussi un accessoire que vous pouvez utiliser pour l’apprentissage du mot « laisse » au moment des repas. Pensez à la remplir seulement à 50%, les 50% suivants arriveront au fur et à mesure de l’exercice. 

Avec un jouet : 

  • Commencez par jouer avec votre chien et ses jouets ou attendez qu’il joue avec. 
  • Demandez-lui un « lâche » et ajoutez tout de suite « laisse » dès qu’il n’a plus le jouet en gueule. 
  • Félicitez par un « oui » ou un « c’est bien » franc, 
  • Puis directement faites venir le chien à vous et donnez lui l’un de ses bonbons : friandise ou autre jouet (au fur et à mesure de l’apprentissage), renforcé par des caresses et félicitations
  • Répétez l’exercice sur une courte séance. Il est préférable de faire plusieurs séances courtes qu’une seule séance longue

Avec la gamelle

Le principe est le même, mais se passe au moment des repas. 

  • Demandez un « assis » à votre chien, suivi d’un « laisse » 
  • Tout en disant « laisse », baissez la gamelle comme pour la poser au sol. 
  • Quand le chien se relève comme pour aller manger, relevez la gamelle à nouveau et demandez au chien de s’asseoir sans répéter l’ordre « assis ». Cela peut être un « qu’est-ce que j’ai dis ? » ou un « hé ? » ou un « poses des fesses » ou ce que vous voudrez d’autre. Le principe : ne pas répéter un ordre de stabilité puisque vous ne lui avez pas demandé de se relever. 
  • Répétez en revanche le « laisse » et recommencez à baisser la gamelle. A force de répétitions, le chien finira par faire le lien, restera assis et attendra que vous lui disiez « vas-y » ou « mange ». 
Gardez en tête que la répétition fait la compréhension et soyez patients, mais pas trop. Si le chien salive trop ou s’énerve trop, reportez l’exercice au prochain repas. Vous pouvez aussi, lors de cet apprentissage, fractionner ses repas en plusieurs fois, afin qu’il soit moins affamé au moment de l’exercice. 
 
L’étape suivante sera à réaliser le lendemain ou surlendemain de préférence, et non le jour même histoire d’y aller progressivement. Bien sûr entre temps, répétez le premier exercice. 
  • Laissez manger le chien quelques instants, 
  • Puis reprenez sa gamelle en disant « laisse ». 
  • Relevez la gamelle, ajoutez-y quelques croquettes, et reposez lui pour qu’il mange. 
  • Répétez plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il ait reçu sa ration complète. Pour le chien, l’association suivante se fera : « on reprend ma nourriture pour m’en ajouter. Cool ! »

Vous pouvez aussi mettre les mains dans sa gamelle en lui ajoutant des petits morceaux de fromage (ou autre chose dont il est particulièrement friand) pendant qu’il mange. Au départ, lâchez simplement ces friandises depuis le dessus de la gamelle après lui avoir dit « laisse ». Progressivement rapprochez vos mains de la gamelle jusqu’à pouvoir remuez ses croquettes tout en ajoutant les petits bonus. 

L’habituer ainsi permet au chien de rester serein lorsqu’on s’approche de sa nourriture. Il sera plus intéressé par ce que vous allez ajouter dans sa gamelle que par le fait que quelqu’un vient vers lui quand il mange. Bien sûr, plus cet apprentissage arrive tôt dans la vie du chien, plus il sera rapide. 

La commande « laisse » pourra être aussi utilisé lors des séquences de jeux de votre chien avec ses congénères, pour « calmer le jeu » et prévoir des moments de calme. Gérer les séquences de jeux permet au chien de ne pas trop monter en excitation et ainsi éviter que cela ne dégénère. 

chien avec os en plastique bleu dans la gueule

Varier les lieux et les individus

Pour fixer un comportement, il est nécessaire de varier les conditions d’apprentissage d’un nouvel ordre. Avec la règle des 3D, on ajoute de la Durée, de la Distance, et de la Distraction progressivement. Avec des amis ou de la famille, on entraîne son chien à accepter que n’importe qui touche sa nourriture, son os ou ses jouets. 

Avec la règle des 3D : 

  • Augmentez progressivement la durée : laissez le chien jouer plus longtemps avec son jouet avant de lui demander de lâcher, faites le patienter plus longtemps avant de manger sa gamelle, faites le attendre plus longtemps avant de l’autoriser à reprendre son jouet, etc… 
  • Augmentez progressivement la distance : l’exercice du « laisse » comme du « lâche » peuvent être travaillés à côté du chien comme à distance. Nous ne serons pas forcément toujours à côté de notre chien en randonnée quand il trouve quelque chose à se mettre sous la dent. Augmentez progressivement la distance qui vous sépare de votre chien pour travailler ces deux commandes. 
  • Augmentez la distraction progressivement : en vous rendant dans des lieux de plus en plus bruyants, de plus en plus passants, comportant de plus en plus d’odeurs ou d’autres animaux, vous pourrez continuer à travailler ces exercices avec des accessoires aussi bien qu’en conditions réelles. 
Avec des amis ou de la famille : 

L’idéal est de réussir à trouver des volontaires et à leur demander de se prêter au jeu. Mais il n’est pas toujours facile d’en trouver, et il est important que cela soit des personnes qui n’ont aucune crainte des chiens. En tout cas, il sera bon de le faire avec tous les membres du foyer, du moment que les enfants sont en âge de compréhension et connaissent les codes canins.

Vous avez trouvé des volontaires supplémentaires ? Chanceux ! Refaites alors les exercices précédents avec eux. Reprendre un jouet dans la gueule du chien, puis un os, mettre les mains dans la gamelle, la relever pour y ajouter un peu de nourriture, etc… 

Travaillez ces exercices toujours progressivement et avec précautions, en continuant à renforcer avec des « bonbons de troc ». Quand les apprentissages de départ ont été bien récompensés, le chien se fera une joie de recommencer ces exercices, même avec d’autres personnes. 

Cela peut aussi se faire en extérieur avec un jouet et des passants, mais il est plus difficile de trouver des volontaires. 😉 

Votre chien à t-il appris à lâcher et laisser sur demande ? Quels sont ses « bonbons » favoris ? Racontez-nous en commentaires. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :

Laisser un commentaire

  1. Mon chien saute sur les gens : que faire pour qu'il arrête | DogBnb

    […] qui lui apporteront de la satisfaction : une promenade ou un jeu par exemple. Piocher dans les « bonbons de votre chien« . […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.