Le maître doit être le dominant de son chien. Fausse croyance n°8.

Lorsqu’il est question d’éducation du chien, il est encore fréquent d’entendre que le maître doit dominer son chien, doit être le « chef de meute ». Tout d’abord, comme vous avez pu le constater depuis de nombreux articles, chez DogBnb, on emploie le terme de « gardien » plutôt que celui de « maître ». Parce que cela nous semble plus juste pour parler de la relation homme-chien. Et nous ne parlerons jamais de dominance entre un gardien et son chien. En effet, cette idée reçue que l’homme doit être le dominant de son chien est encore bien trop présente lorsqu’il s’agit d’expliquer tel ou tel comportement canin. Bien souvent, elle sert même d’excuse pour justifier une non-action humaine qui pourrait résoudre un problème. Il est souvent plus facile de dire « oui mon chien n’est pas facile mais c’est parce qu’il est dominant » plutôt que de chercher la cause du problème et en résoudre les conséquences. 

patte de chien dans une main
Etre le dominant de son chien, mythe ou réalité ? Comprendre son chien, pour un toutou bien dans ses pattes.

Dominance intra-spécifique VS dominance inter-spécifique

Pour faire un peu de vocabulaire, histoire de partir sur de bonnes bases, on différencie dominance intra-spécifique (ou intra-espèces) et dominance inter-spécifique (ou inter-espèces). 

Lorsqu’on parle de dominance intra-spécifique, on parle de relation entre deux ou plusieurs individus d’une même espèce. Par exemple, un chien avec un chien, un chat avec un autre chat, un lion avec un lion, etc… 

Lorsqu’on parle de dominance inter-spécifique, on parle donc de relation entre deux ou plusieurs individus d’espèces différentes. Par exemple, un chien avec un chat, un lion avec un zèbre, un loup avec un renard, un chien avec un humain. Nous y reviendrons, mais cette « dominance » inter-spécifique n’existe pas en réalité. 

chien couché entre les jambes de quelqu'un
Dominace inter-spécifique ou intra-spécifique

Dominance et hiérarchie : l'exemple du loup

La dominance peut être définie selon le fait que dans une relation entre deux individus d’une même espèce, l’un va toujours prendre le dessus sur l’autre, et le second toujours se soumettre à l’autorité du premier. En éthologie, la dominance sociale est définie ainsi : « position relative de deux individus résultant de l’établissement d’une hiérarchie sociale dans le groupe, fondée sur l’établissement des rapports de force à la suite de situations agressives ». 

Prenons l’exemple d’un animal encore bien souvent apparenté au chien : le loup. Les vieilles études (Rudolf Schenkel – « Ausdrucks-Studien au Wölfen : Gefangenschafts-Beobachtungen » 1947réalisées sur les loups parlaient du fameux « mâle alpha » dont vous avez sans doute déjà entendu parler, qui mangeait le premier et gardait la tête de la meute constamment. Ces études, réalisées sur des loups en captivité issus de meutes différentes, ont été depuis revues. D’autres études ont été faites, cette fois sur des loups en liberté, appartement au même clan familial. L’un des pionniers de l’étude précédente, David L. Mech, revient en 1999 sur ses analyses et note que, bien que la hiérarchie existe au sein d’une meute de loups, elle n’est pas aussi linéaire que ce qu’on avait pensé au départ (Un extrait de son article « Alpha status, dominance and division of labor in wolf packs » est disponible en cliquant ici, et une courte vidéo ici). En effet, même si le couple reproducteur reste en effet le « chef de meute », ou plutôt dirons-nous le leader du groupe, ce sont la mère et les louveteaux qui mangent les premiers. Cela vous fait penser à quelque chose ? Peut-être à la fameuse rengaine qui dit qu’il faut manger en premier pour que son chien sache qu’on est le dominant ? Eh bien voilà comme un mythe s’effondre par une simple observation des animaux dans leur milieu naturel. D’ailleurs, plutôt qu’ulitiser le terme « mâle ou femelle alpha » on utilise les termes « mâle reproducteur » et « femelle reproductrice »

Chez les loups, la hiérarchie existe bel et bien, mais uniquement parce qu’elle est utile à la survie du groupe. Les loups vivent en meute, parce qu’ils ont besoin de chasser pour se nourrir. Les dominés ne sont pas « forcés » par leur leader à agir, ils coopèrent avec lui. En groupe, ils s’organisent pour attraper de grosses proies, nécessaires à la survie et la reproduction de l’espèce. 

Hiérarchie et dominance ne valent donc qu’au sein d’une même espèce, dans un but commun qui, si nous reprenons l’exemple des loups, est la chasse et donc la survie de l’espèce. Dominants et dominés y font bon ménage, même si cela peut être fluctuant et changeant. L

 

Meute de loups
Dominance et hiérarchie chez le loup

Dominance et hiérarchie chez le chien

Nous l’avons vu, dominance et hiérarchie s’établissent au sein d’un groupe, dans un but commun. Pour nos chiens, qui n’ont plus besoin de chasser puisque nous les nourrissons, il n’est donc plus utile de se rassembler en meute. Ils ne se battent pas non plus pour un même territoire de chasse sur lequel ils se reproduiraient pour faire perdurer leur espèce. De plus, depuis plus de 100 000 ans, les chiens ont évolués, génétiquement mais aussi par leur mode de vie. Désormais animaux domestiques, ils n’ont plus grand chose à voir avec les loups, il serait donc temps de modifier notre façon de penser sur leurs interactions entre congénères et avec l’humain

Ainsi, si un chien peut parfois se montrer « dominant » avec un congénère, il ne le sera jamais 100% du temps. Pour cela, il lui faudrait sans cesse des congénères à dominer, une situation à gérer qu’il estimerait être le seul à pouvoir régler. S’il agissait avec l’état d’esprit de meute, il chasserait tous les êtres ne faisant par partie de ce qu’il considérerait comme telle (c’est à dire les humains avec lesquels il vit). Voisins, amis, autres animaux étrangers à son clan familial seraient alors mal reçus. 

Un chien dominant avec certains de ses congénères ne le sera pas forcément avec d’autres. Il pourrait défendre son jouet et pas sa nourriture, jouer avec l’un et pas avec l’autre. En fait, son caractère dominant pourra ressortir ou non en fonction des ressources en présence, et des individus canins face à lui. On ne peut donc pas dire qu’un chien est dominant à 100% et le sera dans n’importe quelle circonstance. 

De plus, on pourra constater qu’un chien dominant sera respecté non pas par la peur ou la violence, mais par des rituels, des codes canins, des postures corporelles qui font partie du langage canin et permettent aux chiens de se comprendre entre eux. La violence que l’humain exprime lorsqu’il parle de hiérarchie ou de dominance est typiquement humaine justement. L’homme voudrait que tout dans la nature se résolve ou se comprenne comme son propre fonctionnement émotionnel et son propre raisonnement. Mais si l’humain à son propre mode d’organisation, il ne peut pas faire le raccourci en pensant que cela s’applique à tout être vivant. C’est bien plus complexe que ça et plus simple à la fois, les animaux se comprenant certainement mieux entre eux que deux humains ne pourraient se comprendre. 

chiens se disputant un jouet
La dominance entre chiens peut fluctuer selon les circonstances

La hiérarchie inter-spécifique n'existe pas

Aucune étude scientifique n’a démontrée l’existence d’une hiérarchie entre deux espèces différentes. Prenons l’exemple du lion et du zèbre dans la savane : ils peuvent aller chacun boire dans le lac en même temps (l’eau étant une ressource de survie), sans que le lion en profite pour se faire du zèbre son repas du soir. Le lion n’est pas non plus prioritaire pour aller boire. 

Concernant les relations homme-chien, il est important de se rappeler que le chien est un animal opportuniste : un canapé est plus confortable qu’un panier. Ce n’est donc pas parce que votre chien squatte le canapé en votre absence qu’il « s’assoit sur votre autorité ». Un chien qui vous saute dessus est simplement heureux, et reçoit en plus souvent des caresses dans ces cas là. Un chien qui mange avant vous ne va pas vous bouffer tout cru ou vous grogner dès le lendemain quand vous lui demanderez de s’asseoir pour lui mettre son collier avant la balade. 

Certains chiens vont aux yeux des humains, outrepasser leurs droits, et pourraient alors être considérés comme « dominants » vis-à-vis d’eux. Mais quand le chien dépasse les limites, c’est sans doute par incompréhension des règles, ou parce qu’une erreur, même infime, aura été commise au départ. Dans l’exemple du chien qui saute sur les gens, si quelques fois (voir même une seule fois) il a reçu une caresse en faisant ça, il y a fort à parier qu’il recommencera. Lorsqu’on l’adopte, un chien intègre un nouveau clan familial. Il aura donc besoin d’un cadre, pour savoir où se positionner et comment réagir dans telle ou telle situation, et pour cela se tournera vers son référent, son gardien humain. En aucun cas il ne le considérera comme son dominant ou son dominé. Il ira vers ce qui lui procure du plaisir ou du confort. 

Pour cela, une éducation positive et bienveillante obtiendra de meilleurs résultats, plus rapides et surtout plus durables, qu’une éducation coercitive. Et, outre le fait que le chien est opportuniste, le cerveau fonctionne de la même manière pour tous les mammifères : il retient le positif tandis que le négatif rentre par une oreille et sort par l’autre. 

Chiens qui dorment sur un lit
La dominance inter-spécifique est un mythe

Comme vous l’avez compris, on ne parle donc pas de dominance ou de hiérarchie entre un humain et son chien. Cependant, cela n’empêche pas d’établir certaines règles au sein du foyer ou en extérieur. Le rôle de l’humain est de faire se sentir bien son chien en toutes circonstances, et pour cela d’en être le référent, le gardien, celui sur lequel son chien peut compter et se reposer pour savoir comment agir. Cette relation de confiance permet une entente harmonieuse au quotidien, pour un respect une compréhension mutuels. 

Et vous, comment vous considérez-vous vis-à-vis de votre chien ? Êtes-vous son gardien, son parent, son leader ? Dites-le nous en commentaires. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.