Randonner avec son chien : anticiper les risques

Partager le bonheur d’une randonnée avec son chien est l’une des meilleures choses au monde. Ces moments de complicité et de grand air sont très appréciés de nos amis canins. Lacs de montagnes et ruisseaux, découvertes, rencontres, grands espaces… tout est réuni pour plaire au chien autant qu’à son gardien. Pour que tout se déroule au mieux, bien se préparer est essentiel et quelques précautions s’imposent au préalable. Voyons quels sont les risques pour son chien -et pour soi- en randonnée et comment les anticiper. 

chien montagne lac randonnée anticiper risques
Anticiper les risques en randonnant avec son chien

La prédation

En randonnée, nombreuses sont les occasions pour un chien de s’essayer à la course poursuite… En particulier pour des chiens avec un fort instinct de prédation, la tentation sera grande de se lancer derrière un animal sauvage, un VTT, un joggeur, ou même un troupeau de moutons. 

  • Les bêtes sauvages : dans les chemins et forêts de montagne, nos chiens peuvent sentir de nombreuses pistes. S’ils venaient à débusquer un animal sauvage, il pourrait se lancer derrière lui par instinct de chasse. Outre le risque de perdre son chien, un bouquetin ou chamois pourrait entraîner le chien dans une falaise, tandis qu’un sanglier aurait tôt fait de se retourner contre lui. Les risques ne sont pas difficiles à imaginer dans ces cas là… 
  • Les vélos et coureurs : pour un chien plein de prédation, tout ce qui avance vite peut devenir synonyme de course poursuite, avec certaines phases supplémentaires telle que la morsure de préhension par exemple. Un mollet attrapé ou un pneu crevé ne font en général pas bon ménage avec une randonnée sereine. 
  • Les troupeaux d’alpage : bien souvent gardés par des chiens de troupeaux, les animaux qui paissent en alpage peuvent être la cible d’intérêt pour votre chien. Les patous défendraient ardemment leurs bêtes, au dépend de votre ami canin. 
Un conseil : si votre chien à un fort instinct de chasse, tenez le en longe ou en laisse. 
chien de troupeau anticiper risques randonnée chien
La prédation et les chiens de troupeau en randonnée

Les blessures légères

Les coussinets peuvent être mis à rude épreuve lors des randonnées, en fonction de leur durée et de la qualité du sol. Bien protéger et savoir soigner les coussinets est important, tout comme avoir dans le sac à dos une petite trousse de secours, qui permettra de soigner les blessures légères ou réaliser les premiers soins avant d’aller chez le vétérinaire. 

chien randonnée
Anticiper les risques de blessures légères en randonnée avec son chien

Les blessures graves

Malheureusement, il arrive parfois en randonnée des accidents plus graves, que cela soit pour l’humain comme pour l’animal. Le long du trajet, il faudra être avisé du fait qu’un chien n’a souvent que peu conscience de la hauteur. Avoir une longe sur soi permettra de le sécuriser dans les endroits à risque, comme par exemple sur des chemins très escarpés ou en bordure de falaise. 

En cas d’accident sur le chien : si le chien se fracture une patte lors d’une chute, il faudra réaliser les gestes d’urgences avant de l’emmener au plus vite chez le vétérinaire. Pour cela, un harnais de portage glissé dans le sac à dos peut faciliter le transport du chien. 

En cas d’accident sur l’humain : si vous deviez vous faire hélitreuiller en montagne à la suite d’une grave blessure, il faut savoir que les secouristes ne sont pas équipés pour évacuer votre chien en même temps que vous. En randonnant simplement en duo avec votre chien, personne ne sera là pour le ramener chez vous et en prendre soin durant votre absence. Afin de permettre aux secouristes d’emmener votre chien avec vous, emportez dans votre sac un harnais de treuillage pour chien. Il s’agit du même modèle que précédemment, pour un poids total de 650 grammes. 

chien randonnée
Anticiper les risques de blessures en randonnée avec son chien

Les cas d'urgences vétérinaires

Bien connaître son chien permet d’éviter de prendre des risques inutiles. S’adapter à son rythme, son âge, préparer son entraînement avant une grande randonnée sont essentiels pour préserver sa santé et veiller à sa sécurité. Pourtant, personne n’est à l’abri d’une brutale urgence vétérinaire. Savoir en reconnaître les signes et pouvoir pratiquer les gestes d’urgence permet d’augmenter les chances de survie du chien. 

  • Déshydratation : en randonnée, veillez à ce que le chien ne manque pas d’eau en lui donnant à boire régulièrement en petites quantités lors de pauses fréquentes. Une petite gamelle pliable trouvera vite sa place dans le sac à dos et vous permettra d’abreuver votre chien facilement s’il n’y a pas de points d’eau sur votre trajet. Comment savoir si votre chien est déshydraté ? En pinçant légèrement la peau de son cou, vous verrez si elle revient immédiatement en place ou non. Si elle met quelques secondes à revenir en place, la déshydratation commence. Si la peau reste plissée, votre chien est alors très déshydraté et il s’agit d’une urgence vétérinaire. 
  • Coup de chaleur : en randonnant lors de fortes températures, un chien peut rapidement souffrir de la chaleur. Les pauses et l’hydratation sont impératives pour lui permettre de reprendre son souffle et diminuer ses halètements.  En cas de coup de chaleur, et donc d’hyperthermie, le chien bave fortement, ses halètements sont forts et nombreux, sa gueule peut mousser et il peut présenter des difficultés motrices ainsi qu’une baisse de sa vigilance. Ce signe est annonciateur d’un œdème cérébral. Dès les premiers signes, il est urgent et vital de mettre le chien au frais afin de faire baisser sa température. Le choc thermique est fortement à éviter (bain dans l’eau d’un torrent par exemple), car il faut refroidir le chien progressivement, par exemple en mettant sur lui des linges mouillés et se rendre rapidement chez le vétérinaire. 
  • Retournement d’estomac : plutôt habituellement cité dans les risques suivants un repas en cas d’activité forte, le retournement d’estomac peut aussi se produire en randonnée. En effet, après une activité physique intense, le chien voudra étancher sa soif. En buvant en grande quantité dans un ruisseau de l’eau très froide, puis en reprenant son activité physique juste après, le chien s’expose au risque de torsion de l’estomac. Pour prévenir ceci, donnez régulièrement à boire à votre chien en petites quantités. 
  • État de choc : un accident, une chute, une hémorragie ou un traumatisme grave peuvent provoquer un état de choc chez le chien. Les symptômes d’un état de choc sont : des muqueuses pâles (gencives, intérieur des paupières), les extrémités des membres sont froides voir glacées, le chien présente une respiration accélérée, saccadée, irrégulière, ses pulsations cardiaques sont très élevées (+ de 150 pulsations par minutes). Si votre chien présente ses symptômes, mettez sa tête en contrebas par rapport au reste du corps, de façon à faire remonter le sang au cerveau pour l’irriguer et éviter la perte de conscience. Couvrez le chien avec une couvertures, et mettez contre lui des thermos d’eau chaude car l’état de choc provoque un fort refroidissement. Emmenez rapidement le chien chez le vétérinaire. 
  • Perte de conscience : en cas de chute ou d’accident, outre le risque de fracture, le chien peut parfois perdre conscience. Si l’animal est inanimé, flasque et sans réaction, il s’agit d’une urgence vétérinaire. S’il ne respire pas et qu’il n’a pas de pouls, il faudra pratiquer la RCP (réanimation cardio-pulmonaire) en dégageant au préalable ses voies respiratoires et en s’assurant que rien n’obstrue sa trachée. 
  • Hémorragies : en cas de blessures très importantes, le chien peut présenter un saignement continue. Il faudra savoir distinguer le sang artériel (rouge vif, jaillissant par saccades) du sang veineux (rouge violacé, il coule et s’étend). Dans les deux cas : comprimer la plaie avec les mains, des compresses ou des tissus propres en appuyant fortement pendant 10 à 15 minutes, et en contrôlant seulement après cette durée que le flot de sang est stoppé. Recommencer plusieurs fois si nécessaire. En cas d’hémorragie importante, faire un garrot mais attention, cela n’est pas recommandé en cas d’hémorragie d’intensité moyenne. Ne jamais mettre d’alcool sur une plaie car elle fluidifie le sang. Emmenez le chien en urgence chez le vétérinaire. 
  • Morsure de serpent : si un chien se fait mordre par un serpent, cela peut être très dangereux voir mortel si le serpent est venimeux. Pour savoir distinguer les serpents venimeux des autres, et savoir comment réagir avant d’emmener votre chien chez le vétérinaire, consultez cet article de Planète Animale
chiens randonnée
Connaître les gestes d'urgence en randonnant avec son chien

Les aléas climatiques

En randonnant en montagne, le temps peut changer très rapidement. Bien sûr, si vous randonnez en hiver, la neige aura de forte chances d’être présente. Pensez à protéger les coussinets de votre chien avec des bottines, en particulier si le sol est gelé. 

En hiver, les rivières aussi peuvent geler. Attention à votre chien qui, en voulant boire, pourrait chuter en glissant sur l’eau verglacée et se blesser grièvement. 

En été, gare aux orages de montagnes… La foudre les accompagne bien souvent, et le vent peut aussi souffler suffisamment fort pour déraciner même les arbres les plus gros. 

Si vous vous retrouvez pris sous un orage : déposer tout votre matériel et celui du chien présentant des parties métalliques, car ils conduisent très bien l’énergie électrique, et éloignez-vous-en d’au moins 30 mètres. Pour la même raison, éloignez vous d’au moins 100 mètres des rivières et points d’eau. Ne restez ni sur une hauteur, ni sous un arbre ou un abri isolé, ni près d’une face rocheuse ou du videNe courrez pas et gardez votre calme

Le bon réflexe est de s’asseoir en boule sur un isolant (sac à dos, tapis de sol, large pierre), les pieds serrés, les jambes repliées avec les bras qui les enserrent, la tête sur les genoux. Veillez à faire coucher votre chien en boule également sur un isolant, près de vous surtout s’il a peur du tonnerre. Attachez-le avec un lien sans boucles métalliques

Bon à savoir : si la durée entre le moment où vous voyez un éclair et celui où vous entendez le tonnerre est inférieure à 30 secondes, cela signifie que l’orage est à moins de 10 km et que la foudre peut vous atteindre. 

Pour éviter tout cela, mieux vaut prévenir : consultez la météo attentivement avant de faire une randonnée en montagne. Lors de votre randonnée, observez le ciel et si les nuages deviennent menaçant, faites demi-tour. Partez tôt, et ayez toujours une solution de secours en tête pour savoir où vous mettre à l’abri en cas d’orage. 

chien neige randonnée botines
Anticiper les aléas climatiques en randonnant avec son chien

Les risques invisibles

Certains risques peuvent être invisibles et déclencher des maladies à plus long terme. Les tiques, puces, moustiques, phlébotomes, mais aussi les eaux stagnantes et les chenilles processionnaires sont des dangers à prendre en considération. 

  • Les tiques : elles peuvent transmettre la piroplasmose ou la maladie de Lyme
  • Les moustiques et phlébotomes : comme nous l’avons vu, les moustiques et phlébotomes peuvent transmettre des maladies graves comme la leishmaniose ou les vers du cœur
  • Les puces : petites et invasives, les puces peuvent passer inaperçues. Une fois ramenées à la maison, elles pondent et se multiplient rapidement. Il est possible de mettre des mois à s’en défaire. 

Un conseil : mettez un antiparasitaire à votre chien lors des périodes à risques. 

  • Les eaux stagnantes : les mares et les flaques stagnantes peuvent transmettre la leptospirose aux chiens venant s’y abreuver. Les rongeurs porteurs d’une bactérie spirochète du genre leptospira, peuvent la transmettre par l’urine, le sang, dont les eaux stagnantes peuvent être contaminées. Cependant, un vaccin existe contre la Leptospirose.  
  • Les chenilles processionnaires : plus souvent rencontrées dans les régions méditerranéennes et notamment dans les pinèdes, les chenilles processionnaires peuvent faire beaucoup de dégâts si le chien les renifle ou les mange, à cause de leurs poils urticants qu’elles libèrent en cas de stress. Ces poils peuvent provoquer d’importantes inflammations, jusqu’à nécroser la langue du chien ou provoquer des lésions irréversibles à ses yeux. En cas de symptômes (bave, gonflement de la langue, difficultés à respirer), emmener directement votre chien chez le vétérinaire le plus proche. 
Mais en randonnée, un autre danger peut être encore plus invisible et imprévisible que les précédents, surtout lors des premières sorties en montagne avec son chien :
  • Le vertige : car il n’est pas réservé à l’humain, certains chiens (même si cela reste rare) en souffrent, et cela peut les faire se figer lors de passages escarpés, voir les faire paniquer. Ne forcez donc jamais votre chien à franchir un endroit si vous sentez qu’il est inconfortable, qu’il tremble, qu’il refuse d’avancer. Parfois, il faut aussi accepter de faire demi-tour. 
chien randonnée parasites invisibles
Protéger son chien des parasites en randonnée

Les peurs

Comme pour nous, les chiens peuvent présenter des peurs. Orages, vertige, ou être mal à l’aise devant certaines situations. Un joggeur ou un vélo débouchant d’un bois brusquement peut aussi effrayer un chien et le faire modifier son trajet sans regarder où il va. Le risque de chute est grand dans ces cas-là. Il est nécessaire d’anticiper fortement les zones à risques et d’attacher son chien bien avant celles-ci

Mais en randonnée, nous pouvons aussi rencontrer des personnes ayant peur des chiens. En constatant des signes de mal-être sur les randonneurs que nous croisons (mouvement de recul, ralentissement, tétanie, regard fixé sur le chien, etc…) il est de bon ton d’attacher son chien, de le faire asseoir ou de s’écarter du chemin le temps que la personne poursuive sa route.

chien humain randonnée
Bien connaître son chien pour anticiper ses peurs en randonnée

La législation

Un risque, néanmoins bien moins grave sur le plan physique mais suffisamment déconcertant sur le plan émotionnel, est celui de se retrouver sur des chemins de randonnées interdits aux chiens, ou d’arriver enfin au gîte et s’apercevoir que celui-ci refuse l’accès à nos compagnons. 

Avant de partir, consultez la carte des parcs et réserves interdits aux chiens, et renseignez-vous auprès des gîtes et refuges pour savoir s’ils acceptent les chiens, en particulier si vous comptez y passer la nuit. Ou alors, optez pour un refuge non gardé, dont le confort sera limité et où il faudra emporter de quoi vous sustenter. 

Chien randonnée législation
Connaître la législation concernant les chiens sur son lieu de randonnée

Perdre son chemin

Un dernier point, mais non des moindres. Même avec la meilleure préparation qui soit, il reste possible de s’égarer et se perdre en montagne. Pour éviter cela, préparer soigneusement votre itinéraire, en étant conscients des aléas possibles : chemins non balisés, mal indiqués, barrés par un arbre tombé lors de la dernière tempête, etc… Il peut aussi arriver tout simplement de perdre son orientation et de dévier du sentier prévu au départ. 

Par précautions, ayez donc toujours sur vous : 

  • Une lampe frontale (avec piles de rechange) 
  • Suffisamment de batterie sur votre téléphone pour prévenir les secours le cas échéant (avec une batterie de recharge et un câble) 
  • Une balise de détresse qui permettra de vous localiser, surtout si vous partez sur plusieurs jours et en pays inconnu. 
chien randonnée
Être préparé pour ne pas se perdre en randonnant avec son chien

Bien se préparer pour randonner avec son chien

Vous l’aurez compris, la préparation reste essentielle à toute bonne randonnée. Connaître les gestes d’urgences, et bien comprendre son chien sont des atouts indispensables pour voyager sereinement. Un sac à dos avec une trousse à pharmacie et quelques équipements supplémentaires (longe, gamelle pliable, harnais de portage, lampe de poche, batterie de secours, balise de détresse, etc…) sera votre deuxième meilleure compagnon, après votre chien bien sûr ! 😉 

Votre chien aime t-il les randonnées ? Avez-vous fait de nombreuses sorties en montagnes avec lui ? Racontez-nous en commentaires. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :
The following two tabs change content below.
Passionnée par les voyages accompagnée de ses chiens, Maorie est aussi coach en comportement animalier, spécialisée dans les troubles et thérapies comportementales en méthode positive. Fondatrice de dogbnb.fr, elle y propose des articles et conseils sur la santé, l’alimentation, l’éducation positive, les soins au naturel, le clicker training, les sports canins et bien sûr les voyages avec un chien. Dans un souhait de transmettre sa passion pour les chiens et ses connaissances sur le terrain, elle anime également un groupe Facebook dont la belle communauté partage également ses voyages et son amour des chiens au quotidien.

Laisser un commentaire

  1. Partir en road-trip avec son chien | DogBnb

    […] Un harnais de portage pour les randonnées.  […]

  2. Le matériel du chien aventurier : listing complet | DogBnb

    […] d’en savoir plus ? Découvrez ici comment bien préparer une randonnée avec un chien.  Revenir au sommaire Qu'emporter en bivouac avec un […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.