L'agressivité chez le chien

Quand nous regardons certains reportages dédiés aux pompiers, aux forces de police, au SAMU, aux ambulanciers, nous pouvons voir qu’ils ont parfois affaire à des drames dû à des violences humaines. Ils parlent alors de « règlement de comptes », « crimes passionnels », « violences urbaines », « drames familiaux », etc… Mais qu’est-ce que ça peut bien avoir à faire dans un article qui parle des chiens ? Car comme chez l’homme, le chien peut parfois présenter de l’agressivité, et celle-ci peut prendre différentes formes, en fonction des circonstances. Voyons quels sont les différents types d’agression chez le chien. 

Les différents types d'agression chez le chien
Agressivité du chien : comprendre les différents types d'agression pour les gérer

Définition de l'agressivité

L’agressivité est définie sur le site santé-medecine comme « un comportement, humain et animal, induit par de la violence, consciente ou inconsciente. Elle peut s’exprimer envers d’autres personnes, des objets ou se retourner contre l’individu agressif. Elle peut être générée par des instincts comme la peur, la jalousie ou la protection d’êtres chers. L’agressivité peut être aussi associée à des pathologies comme l’épilepsie, la psychose ou les névroses. Elle se caractérise par une violence verbale ou physique, d’intensité variable. »

Dans le cas des différents types d’agression chez le chien, celui-ci peut parfois être amené à aller jusqu’à la morsure

La morsure chez le chien

La morsure est un comportement naturel chez le chien, qui fait partie intégrante de son répertoire d’expressions, tout comme les différents codes canins : grognements, signaux d’apaisement, aboiements, etc… 

Toutefois, un chien doit pouvoir maîtriser sa morsure, par acquisition des auto-contrôles et inhibition de la morsure, qu’il expérimente et acquiert depuis son plus jeune âge. D’ailleurs, en règle générale, un chien n’utilisera la morsure que si d’autres codes de communication n’ont pas fonctionné au préalable.  

Les différents types d'agression chez le chien
Dans quels cas un chien peut arriver à mordre

Les différents types d'agression chez le chien

Voyons maintenant dans quelles circonstances l’agression d’un chien peut se manifester. 

1. L'agression de prédation

Nous avons déjà dédié 2 articles complets à la prédation aussi nous ne nous attarderont pas sur le sujet. Un chien peut manifester toutes les phases de la prédation, y compris donc la morsure de préhension et la morsure fatale. 

Un chien avec de forts instincts de prédation pourra enclencher cette chaîne de prédation en courant après de petits animaux, un autre chien dans le jeu (auquel cas il est important de savoir gérer les séquences de jeux), mais aussi après des vélos, des enfants qui courent, le facteur, des joggeurs, des cavaliers, des trottinettes, etc… Jusqu’à aller jusqu’à la morsure pour stopper ce qui est en mouvement. 

Retrouver plus d’informations dans l’article comprendre la prédation du chien et l’article gérer la prédation de son chien

Le comportement de prédation est souvent très développés pour les chiens de chasse bien évidement, mais également pour les races primitives, et pour les chiens dont l’instinct a été accentué par des jeux de balles ou des jeux à tirer. 

2. L'agression de peur

Un chien qui a peur utilisera ses réflexes de défense, les « 4F » : se Figer, Fuir, Faire semblant et faire Face. Il peut aller jusqu’à mordre si ses précédents signaux n’ont pas été entendus ou s’il se retrouve acculé dans un coin en situation de peur. 

Attention, un chien qui se retrouvera dans une situation de peur similaire à la précédente utilisera le réflexe de défense qui aura fonctionné la fois précédente. Si ce réflexe était donc « faire Face », il pourra arriver directement à la morsure, sans signaux préalables. Nous vous invitons à lire l’article dédié pour en savoir plus. 

Dans le cas de peur intense, le chien peut également exprimer directement de l’agressivité, sans signaux préalables, ou trop rapides pour être perçus par l’homme. D’où l’importance de réaliser de très bonnes sociabilisation et imprégnation à son chien dès l’adoption. 

3. L'agression de distancement

Appelée aussi agression de survie, elle peut se déclencher lorsque le chien estime que sa vie est en danger. Souvent dû à la peur d’un être s’approchant trop près de la zone personnelle de confort du chien, elle peut amener le chien à mordre pour se défendre ou faire s’éloigner l’objet de sa peur. 

Ce peut être le cas par exemple d’un petit chien qui va aboyer très très fort à l’approche d’un plus gros chien, mettre la crête sur le dos, grogner, en bref se rendre impressionnant pour faire fuir son « adversaire ». 

Il est possible de travailler cette réactivité grâce à la technique du B.A.T « Behaviour Adjustement Training » ou en français Entraînement et Ajustement du comportement

4. L'agression par irritation

Causée parfois également par la douleur, cette agression peut se manifester quand

  • Un chien reçoit un « câlin » de la part d’un enfant ou d’un adulte. Rappelons qu’un canidé n’a pas les mêmes codes de communication que nous, et que ce que nous appelons « câlin » peut être considéré par lui tout à fait différemment. 
  • Un chien est taquiné de manière répétée. 
  • Un chien est dérangé lors de son sommeil ou quand il mange. 
  • Un chien présente des douleurs et qu’un humain ou un animal le touche, 
  • Un chien blessé, 
  • Un chien ayant vécu de mauvaises expériences lors de soins : il anticipera sa douleur s’il est blessé et que quelqu’un veut le soigner (son gardien ou le vétérinaire). 

Le chien préviendra en grognant, en utilisant ses codes de communication, des signaux d’apaisement si besoin. Si tout cela n’a pas fonctionné, il peut arriver à mordre ou « lancer les dents ». 

L’agression par irritation arrive donc fréquemment lorsque les codes canins ne sont pas compris par l’humain, ou qu’ils ne sont pas pris en considération. Cela peut être le cas sur les jeunes enfants, qui ne comprendront pas que le grognement signifie « arrête, je te préviens ». 

5. L'agression maternelle

Quand une chienne a des petits, elle cherchera à les protéger, et pourra considérer toute personne comme un danger potentiel pour sa progéniture. C’est une réaction totalement naturelle et liée à l’instinct de survie et de protection de la portée. 

Bien sûr, lorsqu’une femelle à une entière confiance en son gardien, elle le laissera approcher ses petits, les prendre et les soigner si besoin. Mais elle peut refuser que toute autre personne n’approche. 

6. L'agression redirigée

Cette agression peut avoir lieu lorsqu’un chien est frustré (par exemple de ne pas pouvoir aller jouer avec ses congénères pour telle ou telle raison, de ne pas avoir le jouet que son copain chien tient, etc…) et ne parvient pas à gérer cette frustration. 

Il peut alors rediriger son mal-être en exprimant de l’agression, que ce soit sur un humain qui tient la laisse, ou sur un animal qui sera à sa portée, même l’autre chien de la maison. 

7. L'agression de protection des ressources

Appelée aussi agression de possessivité, l’agression de protection de ressources peut se manifester comme son nom l’indique lorsque le chien cherche à protéger quelque chose de très intéressant pour lui : un os, sa gamelle de nourriture, un jouet, son panier, son humain… 

Il est donc important d’apprendre à son chien, dès l’adoption, à : 

  • Laisser et lâcher sur demande
  • Travailler avec lui depuis tout petit au moment du nourrissage pour lui faire accepter les mains dans sa gamelle
  • S’asseoir au moment des repas et attendre la commande « mange », 
  • Aller à sa place sur demande (« va te coucher », « à ta place », « au panier »…), 
  • Quitter sa place sur demande (« descend », « viens », « sors de là »…), 
  • N’obtenir de l’attention, du jeu et des caresses qu’à l’initiative de son gardien : il ne doit pas apprendre à « réclamer », 
  • Avoir un espace de repos bien à lui, en veillant à ce que l’accès au canapé par exemple ne se fasse que ponctuellement et sur demande du gardien humain, 
  • Avoir un accès limité à certains espaces réservés à l’humain (salle-de-bain par exemple). 

8. L'agression par instinct de garde

Appelée aussi agression territoriale, l’agression par instinct de garde se manifeste chez un chien naturellement gardien (cela ne s’apprend pas, le chien a cet instinct ou ne l’a pas) qui protégera son domicile de toute intrusion. 

Bien souvent, un chien gardien par instinct agira plutôt en prévention, pour prévenir son gardien humain : aboiements, grognements, ceci dans un but d’intimidation de l’intrus. Pour l’anecdote, certains chiens peuvent parfois laisser rentrer une personne, mais ne jamais la laisser ressortir, en l’intimidant suffisamment pour que celle-ci ne puisse plus faire un pas. 

9. L'agression instrumentalisée

Enfin, un chien peut être entraîné à la défense et à la protection. Même si, dans la plupart des cas, ce dressage est effectué avec récompenses par le jeu, les caractéristiques du chien sont employées et développées afin que l’agression soit ciblée sur quelque chose en particulier : 

  • Un inconnu (humain ou animal) approchant son troupeau pour un chien de Berger, 
  • Un homme d’attaque pour un chien de compétitions au mordant, 
  • Une personne en fuite pour un chien policier, 
  • Etc… 
Bien entendu, vous l’aurez compris, ce n’est pas une agression à proprement parler, mais bien un entraînement utilisant les compétences du chien dans un but défini. 
Les différents types d'agression chez le chien
L'importance de la sociabilisation du chien.

Que faire si notre chien présente de l'agressivité

Tout d’abord, il est important de préciser qu’un chien bien sociabilisé, qui aura vécu une large majorité de bonnes expériences, et qui sera bien dans ses pattes grâce aux actes cohérents de son gardien référent, présentera rarement de problèmes d’agressivité. L’éducation positive joue donc un rôle phare dans l’apprentissage du chien et dans son bon développement intellectuel et physiologique

Mais que faire quand un chien présente de l’agressivité ? Conseils pour gérer un chien présentant de l’agression : 

  1. Consulter son vétérinaire pour écarter toute pathologie, 
  2. Apprendre à comprendre son chien
  3. Être cohérent en tant que référent humain pour développer la confiance de son chien et créer une connexion, 
  4. Sociabiliser et imprégner son chien, 
  5. Habituer son chien au port de la muselière
  6. Travailler son chien en renforcement positif pour renforcer son écoute et l’apaiser, 
  7. Faire appel à un professionnel de l’éducation canine positive : il vous aidera également à mettre en place des règles au sein du foyer, car un chien a aussi besoin d’un cadre pour être bien dans ses pattes. 

Votre chien présente t-il certains de ces types d’agression ? N’hésitez pas à nous faire part de vos difficultés en commentaires. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

Aimer et partager :
The following two tabs change content below.
Passionnée par les voyages accompagnée de ses chiens, Maorie est aussi coach en comportement animalier, spécialisée dans les troubles et thérapies comportementales en méthode positive. Fondatrice de dogbnb.fr, elle y propose des articles et conseils sur la santé, l’alimentation, l’éducation positive, les soins au naturel, le clicker training, les sports canins et bien sûr les voyages avec un chien. Dans un souhait de transmettre sa passion pour les chiens et ses connaissances sur le terrain, elle anime également un groupe Facebook dont la belle communauté partage également ses voyages et son amour des chiens au quotidien.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.